Chères "grandes écoles"!

Il y a l'Université, autour de 500€ par an.
Et il y a les écoles dites grandes. Petite il y a quelques années, l'EDHEC ...
 

... école de gestion située à Lille, est maintenant perçue comme une grande. Moyennant quoi elle se permet de facturer la scolarité au prix fort, hyper fort même: 45 000€ pour les trois années, payables en une fois ... au début de la première année. A ce prix-là, il serait ... usuraire de faire redoubler l'étudiant, encore plus de lui refuser le diplôme !!
Une étude parue sur le site Major prépa s'alarme de la hausse continue des frais de scolarité de ces écoles. Pour avoir des campus qui ressemblent aux campus américains, des profs prestigieux, elles ont choisi d' investir et encore investir. Comme l'Etat, lui, désinvestit dans le privé, ce sont les frais de scolarité qui compensent et ... explosent.
Et c'est ainsi que l'enseignement supérieur autre qu'universitaire se ferme aux 90% d'étudiants qui ont la malchance d'avoir des parents qui n'ont pas les moyens de débourser 30 000€ et plus pour les études de leur progéniture.
Quand on sait l'importance que la France formaliste et conservatrice attache au diplôme de la grande école, il ne faut pas s'étonner que les élites se renouvellent en milieu très fermé, et que l'enseignement supérieur a failli dans sa fonction d'ascenseur social.
Mais trop peut être trop, et cet emballement pourrait se retourner contre les écoles elles-mêmes. 
Car que penser d'un diplôme qu'il n'est pas question de refuser quand l'étudiant a payé si cher ? Autrement dit, payez 45 000€, et vous serez assuré d'être diplomé de l'EDHEC. Ou d'HEC, ESSC, ECP ... quelles que soient vos capacités! 
Que peuvent en penser les recruteurs? Pour l'instant, ils n'y voient que du feu, et continuent à croire que des grandes écoles sortent les meilleurs éléments. Mais la prise de conscience se fera un jour que les "meilleurs" sont seulement les plus riches, et que le diplôme final n'est que la capacité à payer le prix du droit d'inscription.
Il y a les prêts étudiants, diront certains. Pour avoir été banquier de longues années, quelle banque va prêter à un étudiant sans ressource 45 000€, si elle n'a pas, pour le moins, la caution de parents fortunés? 
Ainsi les grandes écoles sont-elles devenues le domaine réservé, non des meilleurs éléments, mais des enfants des familles riches. C'est un grand dommage pour le pays, et la première cause de la sclérose des classes dirigeantes et du non renouvellement des élites.  

économie