Justice et justice

Maree noireLes Etats-Unis savent sévir et ordonner des sanctions à la hauteur des dommages et préjudices qu'ils estiment avoir subi.

BNPP a été condamné à payer une amende de 13 milliards de dollars pour des fautes qui n'en étaient qu'aux yeux des américains, parce la banque française avait permis le dénouement en dollars d'opérations que ses clients européens faisaient en dérogation des règles d'embargo américaines, mais dans le respect des règles françaises et européennes. Et tant pis si ces mêmes opérations faites aujourd'hui pourraient l'être en toute légalité.

BP vient d'être condamné à la somme record de 18 milliards de dollars suite à l'explosion en 2010 d'une plate-forme pétrolière dans le golfe du Mexique.

En France, ces grandes entreprises sont rarement condamnées. Quand elles le sont, c'est des années et des années après, pour des montants bien inférieurs aux dommages.

Dans notre société où le droit vise à tout prévoir, tout bon avocat excelle dans l'art des vices de forme générant des procédures interminables, qui rendent vaines toute règle de droit. Aux EU, le droit est moins complet, et laisse libre cours aux négociations. Il s'ensuit des procédures plus courtes, aux effets dévatateurs.

Nul doute que les condamnations astronomiques des deux affaires citées, et il y en a beaucoup d'autres, feront que les entreprises de ces secteurs y regarderont à deux fois avant de se lancer dans des actions  semblables.

En France où les vrais responsables ne sont jamais condamnés, seul le risque d'image peut faire peur, certainement pas la justice. Les Laboratoires Servier continuent allègrement leur petit bonhomme de chemin, et tant pis pour les victimes. Aux dernières nouvelles, pas de procès avant 2018. Suivront les appels qui feront que tout le monde sera mort avant que justice ne soit rendue.

justice