Madoff, plus c'est gros, plus ça passe

Madoff n'était qu'un charlatan cupide. Avec l'arnaque la plus con qui soit, la pyamide de ponzi, il a réussi à créer un des fonds d'investissement les plus importants au monde, à être connu, respecté, admiré de tous, perçu comme un des meilleurs experts de la gestion de fonds.

Pyramide de Ponzi? Cela équivaut tout bêtement à payer les intérêts et à rembourser les anciens actionnaires qui le souhaitent avec l'argent versé par les nouveaux souscripteurs. Autant dire une arnaque ancienne et simpliste.
Ce qui laisse pantois, et doit nous amener à nous interroger sur le bon sens qui ne nous gouverne plus, c'est comment Madoff a pu sévir pendant des décennies sans que personne n'ait vu ou voulu voir l'arnaque.
Fort des 65 milliards de dollars gérés, aucun des nombreux organismes de contrôle n'a soulevé le lièvre!  Certains pourtant s'étaient publiquemement étonnés des rendements impossibles afichés par le fond Madoff. Mais la SEC a tout gobé, peut-être parce qu'on va facilement de la SEC à Wall Street et vice-versa.
Aucun des actionnaires non plus n'a vu quoique ce soit. Pas plus que l'armada des journalistes financiers, analystes, experts en tout genre si prompts pourtant à porter sur tout des jugements de valeur. Complaisance, facilité, cupidité, confiance, ont engendré l'aveuglement.

Notre monde surinformé nous innonde de statistiques en tous genres. Sauf que personne ne s'interroge sur la manière dont elles sont bâties. La bourse est toujours en attente d'une quelconque statistique, production, intentions, emploi, bilans. Mais personne ne doute de leur véracité.  Personne n'a vu venir la faillite d'Enron, qui a maquillé ses pertes dues aux spéculations sur l'électricité, pas plus que celle de Lehman, que tous les banquiers admiraient et que tous les soi-disant experts financiers pronaient en exemple, de Worldcom, qui a manipulé ses comptes pour dissimuler des pertes de plusieurs milliards de dollars, etc ... etc ...
Madoff a avoué, et il purge une peine de ... 150 années de prison. Mais il est le seul puni. Aucun des employés complice n'a été poursuivi. Aucun des clients qui savaient et ont aidé n'ont été poursuivi. Aucune sanction n'a été requise contre la SEC, qui a failli totalement dans sa mission de surveillant !
La finance gouverne le monde, au travers des fonds d'investissement, des banques, mais aussi des grandes entreprises, où les ingénieurs ont été désaisis du pouvoir au profit des gestionnaires et des actionnaires. Il est très préoccupant de voir avec quelle facilité la tricherie et la dissimulation sont possibles. Ces grands mastodontes informatisés sont aujourd'hui incontrôlables, leurs activités complexes souvent peu compréhensibles vues de l'extérieur. Alors il leur est facile de jouer sur l'incompétence et la naïveté du public et des états. Soyons certains qu'il y a d'autres Madoff, et qu'il y en aura encore beaucoup d'autres.

économie