Non, ils n'ont pas changé ...

On a entendu dimanche 13 décembre les habituels et irritants propos de plateau. On a compris le message du bon peuple, a-t-il été maintes fois répété, rien ne sera plus comme avant ! 

Les bureaux de vote ne sont pas encore nettoyés que la politique ordinaire, celle que la France profonde et moyenne a rejetée, a repris ces droits. Dès lundi matin, le Premier Ministre a annoncé que le Smic serait révisé a minima de 0,6%, sans coup de pouce particulier.
Les classes populaires, ouvriers, employés, petits retraités, perdent du pouvoir d'achat depuis des années. Les augmentations de salaires dans les entreprises sont liées à des promotions, et bénéficient principalement aux cadres. Et elles sont d'autant plus importantes, même en pourcentage, que le niveau hiérarchique du cadre est élevé. Précarisation et baisse du pouvoir d'achat des plus pauvres sont deux méfaits majeurs de l'évolution du capitalisme de ces dernières années. Dominé par le marché et le profit, le système a perdu toute humanité. La gauche a perdu là une belle occasion de montrer qu'elle en avait conscience, et qu'elle n'avait pas complètement oublié sa raison d'être qui était la défense des plus fragiles.
Si ce n'était pas par humanité, cela aurait pu être par pertinence économique. L'économie française est atone, et il n'y aura pas de baisse du chômage tant que la croissance sera inférieure à 3%. On en est bien loin. Augmenter le pouvoir d'achat des plus pauvres a un effet direct sur la consommation, augmenter celui des plus riches, voire des très riches, amène une croissance de l'épargne, des produits de luxe importés, et des fonds de gestion dans des paradis fiscaux. Pour la croissance, il est plus efficace d'augmenter le smic que les rémunérations des dirigeants. Le système capitaliste tel qu'il est devenu ne sait plus rémunérer le travail à sa juste valeur, la contre-partie est une consommation en berne et une révolte latente.
Rien n'a changé
Malgré tous les propos de plateau du dimanche soir, rien, rien, n'a changé. Aucun homme politique n'a réagi à cette annonce d'une augmentation du Smic inférieure à 10€, pas même le FN qui pourtant a inclus dans son programme une augmentation de 200€. David Poujadas n'a même pas cru bon de poser la question à son invité de lundi soir, Manuel Valls !!! Les députés et ministres ont pourtant su agir pour que le Conseil Constitutionnel invalide la règlementation gouvernementale de baisser de 20 et 30% les revenus des ministres et députés !
1143€ nets par mois. C'est le montant du smic. Et ça ne choque plus personne. Surtout pas ceux qui gagnent ça en quelques heures seulement, et qui n'ont même pas la reconnaissance du ventre.

Les urnes ne font pas changer les choses, alors ...