Du rêve à la réalité

Le 19/10/2022

Dans Humeurs

Emmanuel Macron a été élu en 2017 sur une vision de l'avenir de la France. Et puis arrive la réalité ! 

Emmanuel Macron voulait réformer la France aux fins de faciliter son adaptation à un monde concurrentiel et technologique.

Faciliter l'innovation, apporter de la soulesse réglementaire et financière aux entreprises, adapter la fiscalité pour attirer les capitaux étrangers en France et encourager l'esprit entrepreneurial, étaient ses crédos fondamentaux.

Baisse des charges, esprit start-up , suppression de l'impôt sur la fortune, ont été les mesures-phare prises par son gouvernement, qui devaient réconcilier les français avec ses entreprises, le profit, la mondialisation.

Le résultat en est que beacoup de français voient en Emmanuel Macron le président des riches plus que de la modernité.

 

Les gilets jaunes

Et puis une augmentation du prix de l'essence a mis le feu aux poudres, toute la France dite d'en-bas, bien loin de la vision présidentielle, est montée au front pour défendre son pouvoir d'achat symbolisé par l'usage de la voiture, indispensable quand on ne bénéficie pas des transports en commun des grands centres urbains.

Les "gilets jaunes " ont bien fait peur à la France "d'en-haut", bourgeoise et formatée aux moules des grandes écoles. Cela a été une première occasion pour certains, dont peut-être le président, d'approcher les difficultés de la vie quotidienne d'une grande part de la population française, victime de la stagnation de son pouvoir d'achat, d'un manque injuste de reconnaissance, et aux premières lignes des plans dits sociaux. 

 

La crise sanitaire

La crise à peine terminée, survient la crise sanitaire. Avec elle, arrive l'angoisse de la pandémie qui décime les populations, à l'instar de  la grande peste médiévale bien présente dans la mémoire collective.

C'est aussi l'occasion de voir toute l'importance de cette France d'en-bas dont une partie était dans la rue les semaines précédentes. Car alors si les cols blancs restent prudemment chez eux à travailler en short et charentaise, les cols bleus  font fi de leurs salaires de misère pour assurer la continuité de la production de biens et services. Vaccinés, masqués, sous-payés, caissières de super-marchés, livreurs, aides-soignant(e)s, font découvrir aux hautes directions et aux politiques leur réelle utilité sociale et leur sens des responsabilités.

On est loin de la "start-up nation" et de l'argent des ulta-riches censé ruisseler pour enrichir les pauvres !

 

Canicule et guerre en Ukraine

La crise sanitaire à peine terminée, survient un été mondialement caniculaire suivi de la guerre en Ukraine.

La hausse des températures fait surgir des images de désertification, qui remettent en cause la foi dans un progrès qu'on croyait salvateur et inscrit pour l'éternité. Bien au contraire,  l'homme et le progrès deviennent les destructeurs de la planète.
Avec la guerre en Ukraine, c'est la monde occidental qui est chamboulé. L'OTAN retrouve son rang, l'Europe se soude, les EU redeviennent le justicier et gendarme du monde.
Et l'Occident, comme le reste du monde, est frappé par une explosion des prix de l'énergie comme il n'en a  jamais connu. Et de craindre pour la compétitivité des entreprises mais plus encore, revient la hantise des restrictions de chauffage et d'énergie rappelant le temps de l'occupation.

C'est la fragilité de l'Europe qui est exposée, avec sa dépendance comme jamais de l'Etranger pour un bien essentiel à son fonctionnement, l'énergie. 

 

Gérer les crises

Et la vision présidentielle dans tout ça ? Balayée! Obsolète !

A tort ou à raison, personne ne croit plus guère en la mondialisation heureuse. Si elle l'a été pour les pays à bas coûts, elle a détruit des milliers d'entreprises et d'emplois en Europe, causant désenchantement, désespoir, dépendance, et aussi pollution dans des pays longtemps peu soucieux d'environnement.

Pendant tout ce temps, le président a géré les crises, avec quelques sucès, au moins à court terme. L'Histoire établira le jugement défintif.

Mais le "quoiqu'il en coûte" était loin d'être dans le logiciel de départ du président, non plus que les questions salariales aujourd'hui au premier rang des préoccupations des français.

La réalité s'est imposée au rêve, comme elle s'imposera à tous les futurs présidents. Tous les cinq ans, les candidats se défoulent dans un flot de promesses censées changer le monde dans le sens de leurs visions.

Pour à la fin, gérer les crises