Thomas Fabius ou les failles de la justice

Thomas fabius
Il a de belles voitures, adore l'argent, s'achète des très beaux appartements avec de l'argent venu d'on ne sait où, est joueur de casino invétéré, ne craint pas de faire des faux, a un papa riche et puissant. C'est bien sûr Thomas Fabius

En 2011, il adresse au casino de Marrakech un faux mail au nom de sa banque de l'époque, Société Générale, pour que le casino lui mette à disposition plusieurs centaines de milliers d'euros. Ce n'est pas rien tout de même!
Comme la plainte déposée par la SG est sans effet, il acquiert en juin 2012 un très luxueux appartement à Paris, pour la coquette somme de 7 millions d'euros. Avec quel argent? Thomas serait à la tête d'une société de conseil, l'histoire ne dit pas en quoi, qui ne ferait pas plus de 12000 euros d'honoraires annuels. D'ailleurs Thomas Fabius ne paie plus d'impôts depuis 2011. Personne n'est heurté?

Il a une dette de 1,9 millions d'euros au casino de Monaco. La principauté a la délicatesse de ne rien lui réclamer. Gentil, non?
Il a fait l'objet de plusieurs déclarations à Tracfin, ce qui n'est guère bon signe, car on ne déclare pas à la légère à Tracfin. Oh! les vilains délateurs!
Et tout récemment, on apprend qu'il a fait pour 3,9 millions de chèques en bois à des casinos de Las Vegas, et qu'il fait l'objet d'un mandat d'arrêt sur tout le territoire américain. Méchants, ces américains!

Et pourtant le fils du Ministre court toujours. La justice est saisie par çi par là, mais rien n'avance, et le filston peut continuer à sévir, blanchir, escroquer par des chèques sans provision. Dans d'autres lieux, on serait en prison pour beaucoup beaucoup moins que ça. On pense au sort de certaines caissières, virées pour un panier de courses.
Au contraire, faisons confiance aux multtiples appuis de la famille, même si le papa ne doit pas être bien fier de son rejeton, pour ralentir les procédures. Faisons confiance aux meilleurs avocats pour noyer la justice dans un raz de marée de vices de procédures en tous genres.
Si jugement il y a, gageons que ce ne sera pas avant dix ans, et parions pour un non-lieu, faute de preuves!
Selon que vous serez puissant (ou fils de puissant) ou misérable ...