Le progrès et son contraire

L'athlétisme est en ébullition après tous les scandales au dopage qui accusent la Russie. Le sport y est utilisé à des fins autres que sportives, rappelant les pratiques hitlériennes et soviétiques. 

Le dopage est le serpent de mer du sport de haut-niveau. Périodiquement des scandales éclatent, qui entraînent moult déclarations de bonnes intentions. Mais rien ne change. Parce que rien ne peut changer.
Par hypothèse, l'objectif du sport de haut-niveau est le record, le dépassement de soi, la victoire. L'argent et le sponsoring en rajoutent une couche, car il ne va qu'aux meilleurs. Alors si des moyens existent pour permettre au sportif de transcender sa douleur pour s'entraîner toujours plus, courir, sauter, lancer, toujours plus loin, toujours plus fort, rien ne l'arrêtera jamais. Certes il y a les contrôles, mais les continuelles avancées technologiques font qu'ils sont toujours en retard d'une guerre.
L'homme est ainsi fait, il utilise tout le potentiel qu'il a à sa disposition pour faire mieux, plus vite, plus loin. Pour innover. Et si l'éthique s'y oppose, il s'en trouvera toujours quelques uns pour n'en pas tenir compte, justifiant que les autres en fassent autant.
Ainsi va le sport de haut-niveau, sous l'instigation de la complicité de tous. Le directeur du Tour de France était béat de satisfaction en annonçant un tour 2016 encore plus difficile. Près de 30 cols à franchir, Massif Central, Pyrénées, Alpes, tout y passe. Et tous d'applaudir. Alors même que personne ne croit qu'on peut pédaler trois semaines dans ces conditions sans faire appel à des produits interdits. Ainsi le sport est-il détourné pour la gloire, l'argent, le commerce, le spectacle, faisant fi de ses valeurs.
Mais il n'en va pas que du sport.
Plus lourdes de conséquence, la science, l'indistrie, la politique et le reste. Les découvertes scientifiques sont fondées généralement sur de bonnes intentions. Mais il se trouve toujours quelques uns pour les détourner à des fins moins louables, argent, pouvoir, gloire. Ainsi doit-on craindre que les progrès en génétique et bio-technologie soient récupérées à des fins purement mercantiles de clonage, eugénisme .. On ne pourra pas l'éviter.
Les avancées dans les techniques de communication sont récupérées pour nous fliquer, ou nous pousser à acheter des biens dont on n'a pas besoin. Le message informatif de la publicité a évolué en mensonge éhonté sur les qualités du produit. Les religions qui portent toutes un message de paix servent de justification aux massacres les plus contraires à ce message. L'utilisation jusqu'auboutiste des engrais et pesticides détruit les sols et la santé des consommateurs. La règle saine qui veut qu'une entreprise soit profitable pour vivre pousse à l'exploitation du plus grand nombre par une toute petite minorité. Et ainsi de suite, les excès de quelques uns empêche la modération de tous.
Le progrès récupéré.

Ainsi tout progrès est-il neutralisé par un petit nombre qui s'en sert pour assouvir ses vices et sa cupidité. Ainsi tout progrès cohabite-t-il simultanément avec son double négatif.
Au point de douter aujourd'hui de la capacité du progrès à apporter du bonheur aux hommes.