Vainqueur : Tsipras

Le plus fort c'est Tsipras.
Le voir évoluer au milieu des leaders européens est un régal. Décontracté, souriant, non cravaté, il fait plaisir à voir. 
Sous sa houlette, il va faire sortir la Grèce de la zone euro, avec le soutien du peuple grec et de la classe politique grecque. Et même d'une grande partie des peuples européens. Sa victoire? Il sera maintenu à la tête de la Grèce, alors même que l'appartenance à la zone euro était un facteur fort de division de la Grèce. Il sera le chef incontesté ...

... d'une Grèce qui va revenir au drachme, il va permettre à la Grèce une sortie paisible, car consensuelle, de la zone euro.
A la barbe des cravatés de l'euro, qui n'ont pas vu plus loin que le bout de leur nez, et n'ont pas su sortir du cadre rigide des règles et principes dans lesquels il sont enfermés.La plupart des pays du monde ne sont pas dans la zone euro, et ont leur propre monnaie. Pourquoi pas la Grèce? Parce que la Grèce a été dans l'euro? Et alors! Toutes les aides européennes ont échoué depuis des années à sortir la Grèce du sous-développement. Pourquoi est-ce qu'une certaine autarcie couronnée par une monnaie nationale ne réussirait-elle pas? L'euro est une bonne idée, elle aurait été meilleure si elle avait été appliquée à des pays à la force économique semblable. Dans une entité à monnaie unique, c'est le plus fort qui gagne. La Grèce, plus faible depuis l'origine, a perdu. Il faut que les européens l'acceptent, et aident la Grèce à sortir en douceur de l'euro et à construire ensuite une économie moderne. Il n'y a aucune raison pour que ce qui échoue depuis 10 ans à développer la Grèce réussisse demain. Alors passons à autre chose.

grèce zone euro